Ma découverte du festival Nice Fictions

J’ai le plaisir d’avoir une de mes nouvelles publiée dans l’anthologie Civilisations, éditée par les éditions Vagabonds du Rêve. Mieux encore, cet ouvrage est l’anthologie officielle du festival Nice Fictions, qui se déroulait à Nice les 8, 9 et 10 juin. J’ai fait le voyage pour l’occasion, et ce fut extra !

Ce festival de l’imaginaire, bénévole et collaboratif, est dédié aux genres de l’imaginaire (science-fiction, fantasy, fantastique) à travers tous les supports : littérature, science, arts plastiques, jeux (de rôle, de société, et vidéo) et stands associatifs. Et franchement, je ne m’attendais pas à trouver un événement si grand (sur deux bâtiments, dont l’un avec un étage, ainsi que trois amphis), mais surtout si riche, et avec une si bonne ambiance ! Il mériterait d’avoir des affiches partout dans la ville et un plus fort relais des médias.

J’ai été tout simplement bluffée par la qualité des conférences et des tables rondes. J’ai pris plein de notes, tant pour les éléments astronomiques et physiques, que pour les éléments de réflexion sur certaines thématiques. Toutes ces interventions seront prochainement diffusées en vidéo (heureusement, d’ailleurs, car j’en ai manqué pas mal dimanche). J’ai adoré écouter l’astronome Agnès Fiega (sur la photo ci-dessus) qui est très pédagogue et claire dans ses explications — et même drôle ! Elle ferait un tabac aux Utopiales, j’en suis persuadée. La revisite par Aurélien Crida du Tintin sur la lune était super chouette. Et mention spéciale aussi au modérateur scientifique Anthony Mémin.

Les expos artistiques étaient elles aussi incroyables : que ce soit le très large espace dédiés à des illustrateurs, peintres, sculpteurs et graphistes, mais aussi cet autre espace proposant une sacrée galerie d’illustrateurs de jeux. J’ai d’ailleurs profité de la disponibilité des artistes pour papoter avec la délicieuse Laetitia « Nydenlafée » Combe, dont j’ai parlé sur Twitter.

Le jeu a une très grande place dans ce festival, un souhait clairement affirmé de Sybille Marchetto, qui organise ce festival avec enthousiasme et passion. J’ai même fait pour la première fois de ma vie un jeu vidéo en réalité virtuel : c’est une expérience immersive impressionnante ! Le samedi soir était réservé à la nocturne jeux de rôles (avec Sarah Newton en personne qui masterisait une table de Mindjammer). C’était très riche de l’entendre parler de son parcours en conférence, tout comme l’auteur et illustrateur Olivier Sanfilippo dont j’ai beaucoup apprécié la philosophie de vie.

Enfin, je suis tombée sous le charme des autrices avec qui nous partageons les pages de cette anthologie : Céline Ceron Gomez, Dounia Charaf, Chantal Robillard, et Ketty Steward, sans oublier ce très cher Ugo Bellagamba (nous avons quatre ans d’Utopiales en commun). Sans parler de la délicieuse et rayonnante anthologiste : Hélène Marchetto ! Merci pour ces belles rencontres, pour nos discussions, pour vos sourires et votre chaleur. J’espère vous revoir prochainement.

J’oublie sans doute plein de choses. La joie de vivre de l’équipe de bénévoles, aux petits soins pour nous. Un super groupe qui joue beaucoup dans l’énergie de ce festival ! Le dîner des auteurs sur la place Garibaldi, qui a fini avec le feu d’artifice de la Fête du Port. Être moi-même en table ronde et lire à haute voix le début de ma nouvelle. Les démos de combat au sabre laser. Le quiz « films des années 80 » d’Ugo. L’écriture d’un nouveau texte dans l’avion retour, grâce à l’impulsion de ces trois jours formidables.

Merci Nice Fictions. Je reviendrai.

Rendez-vous sur Hellocoton !

1 thought on “Ma découverte du festival Nice Fictions”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.