Soirée Sounderbox au Bar Rouge

J’ai été invitée la semaine dernière dans un lieu que je connaissais pas, le Bar Rouge à Nantes, dont la terrasse fait face à la ville et surplombe la Loire puisqu’il est sur un bateau à quai face au Carrousel des Mondes Marins.

sounderbox

Et surtout, l’occasion de cette soirée était le lancement dans les lieux du système Sounderbox, que j’avais déjà eu le plaisir de découvrir à La Cantine Numérique. C’est une playlist participative via smartphone ou tablette, où les participants proposent des musiques (via différents systèmes dont Deezer par exemple) et votent ensuite pour celles proposées par les autres. C’est ludique et facile à utiliser, et tout le monde peut suivre en temps réel ce qui se passe via un écran géant.

Ce fût une occasion bien sympathique de profiter des lieux en écoutant les musiques que l’on aime !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Du nouveau chez Elle-MêMe

J’ai déjà parlé de la boutique Elle-Même située à Nantes, plusieurs fois d’ailleurs car j’apprécie les lieux et celle qui nous y accueille. Petite news pour ceux et celles que la fermeture de la boutique Rondissimo concerne…

image002 image001 image005 image003 image004

 

 

 

 

 

 

 

Dès la rentrée, la boutique Elle-MêMe proposera une vaste collection de prêt-à-porter féminin jusqu’à la taille 54 qui s’intitule « Femmes sucrées » ! Tops, pantalons, robes, tuniques, boléros, manteaux, il y en aura pour tous les goûts, et surtout à tous les prix. Ci-dessus, ce sont quelques exemples des vêtements qu’on pourra y retrouver…

L’adresse : 4 rue Racine, 44000 Nantes – 02 40 48 07 02 - Facebook : ElleMemeNantes

Rendez-vous sur Hellocoton !

Ma participation à #Pimpmychouette

J’adore le crowdfunding – ou financement participatif en français. J’aurais rêvée d’être mécène à une autre époque, d’être riche et de pouvoir aider artistes et créatifs ; grâce entre autre au site Ulule, je le suis un peu quand même à mon petit niveau. Du coup, je participe à leur concours #Pimpmychouette !

Pimpmychouette_lalex2

 

Comme spécifié dans leur explication, nous pouvions laisser libre cours à toutes nos envies : je ne me suis pas privée ! Voici donc leur chouette revisitée par mes soins, avec un corps et un gros cœur rouge pour tous les soutiens qu’il y a grâce à eux, et pour la tête rigolote un lointain écho à une base de dollz en Pixel Art, Tchoum, que j’avais créé il y a quelques années…

Rendez-vous sur Hellocoton !

De l’art difficile de diffuser un texte gratuit en ePub

Comme ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux le savent déjà, j’ai prévu de distribuer gratuitement en version numérique une nouvelle de science-fiction pour la jeunesse. Or, je découvre toute la difficulté de ce simple souhait…

réflexion pensée illustration dessinTout d’abord, le fichier lui-même. Soyons honnête : malgré toutes mes compétences avec inDesign, le résultat suite à l’export en format epub (donc pour liseuse et smartphone) n’est vraiment pas top. J’ai suivi les conseils glanés ça et là et j’ai édité mon fichier avec le logiciel Sigil. J’ai un nombre d’erreurs tel que je ne sais même pas par quel bout commencer !

Ensuite, la diffusion. Alors là, c’est difficile tout simplement parce que je ne veux pas gagner d’argent avec mon ebook. Et oui.
Amazon, même si je ne porte pas cette plateforme dans mon cœur, ne veut pas que je le propose pour son Kindle car il faudrait que je le vende (ou alors il faut procéder à un détournement de leurs propres règles, ce que je ferai d’ailleurs peut-être). Et je n’ai même pas encore essayé d’accéder à leur système KDP vu ce que j’en ai lu sur le Net.
Pour iBooks, donc via iTunes et Apple, il ne faut ni être sur PC ni avoir un système OS trop ancien sur Mac : iTunes Producer ne fonctionne qu’à la condition d’être sur un Mac dernière génération. Dommage, là au moins, j’ai le droit de diffuser un ebook gratuit… Il faudra donc que j’emprunte un Mac.
ipadPour Kobo et le site de la Fnac, c’est assez intuitif mais avec deux bugs : il faut obligatoirement indiquer des coordonnées bancaires pour être payé (très utile pour du contenu gratuit, non ?), et il m’indique que mon eISBN est déjà utilisé même si je tente les 10 numéros que m’a envoyé l’Afnil ! Mais je vais sans doute persévérer prochainement.
Pour Google Livres, j’avoue que créer un compte Google – encore un nouveau compte alors que je suis sur déjà tellement de réseaux – m’a freiné. Mais comme je suis du genre persévérante, je suis allée au bout de la procédure et mon livre sera prochainement disponible sur cette plateforme – en tout cas je l’espère.
J’ai aussi tenté l’inscription sur la plateforme de diffusion pour Nook de Barnes & Noble. C’est là aussi intuitif et en français, mais il n’est pas possible de diffuser un ebook gratuit, il faut forcément le vendre.

Reste, enfin, les intermédiaires qui proposent de diffuser l’ebook à notre place. Mais cela fait que je ne suis plus maître de ma diffusion, et surtout, la plupart refusent les gratuits car ne gagnent rien dessus (ce que je comprends sans problème). C’est pourquoi, quand j’aurais terminé de constituer un fichier epub bien comme il faut de mon histoire pour la jeunesse, je le mettrai tout simplement en téléchargement via mon blog. Je n’aurais pas forcément des statistiques précises, ni un impact démentiel, mais au moins il sera facilement accessible !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Souvenirs de l’ #apero1664

apero1664

Rendez-vous sur Hellocoton !