Ma mère, Cyprien et la confidentialité sur Facebook

J’ai eu l’occasion de découvrir, grâce à ma mère qui l’a elle-même découvert grâce à une de ses petites-filles (une de mes nièces, donc – vous suivez ?), un mec très drôle dont le métier est « youtubeur ». Je vous le conseille si vous ne connaissez pas déjà. Exemple ci-dessous.

Et cet exemple-là, justement, je l’ai bien eu en tête quand ma mère m’a demandé de vérifier son compte Facebook et surtout ses paramètres de confidentialité. J’avoue, c’est quelque chose qui change si souvent que j’ai un peu perdu le fil… Et là, stupeur en vérifiant « Afficher en tant que » qu’on trouve en cliquant comme ci-dessous, je découvre que n’importe qui peut avoir accès à des infos que je trouve bien trop personnelles ! A quoi ça sert de paramétrer mes albums photos si à coté de ça, on voit qui sont mes amis et quelles sont les pages que j’aime ?

confidentialite-fb-lalex Merci donc à elle, car non seulement on a corrigé les paramètres de confidentialité sur son compte, mais j’en ai profité pour faire ça sur le mien également. Pour simplifier les explications et vous mettre ça en une seule image, allez sur votre propre profil et regardez la colonne de gauche pour y accéder comme ci-dessous (j’ai eu du mal à trouver où c’était au départ, vu que ce n’est pas dans « Confidentialité » – un comble !).

confidentialite-facebook-lalex

En conclusion, à chaque fois qu’il est question d’une mise à jour des paramètres de confidentialité de Facebook, il faut vraiment aller vérifier ce qui est devenu soudainement public et non se dire qu’on verra ça plus tard…

Autre possibilité : se désinscrire de ce réseau social, qui, si on en croit Cyprien, hein, de toute façon, n’est plus vraiment fréquentable :P !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Balade en catamaran

catamaran-pajot

Rendez-vous sur Hellocoton !

Une histoire de science-fiction pour la jeunesse à découvrir

Si mon métier artistique principal dans l’édition est illustratrice, j’ai également eu le plaisir de devenir auteur aux côtés de Kerbraz il y a quelques années. Je vous propose pour cette rentrée 2014 de découvrir une nouvelle histoire écrite par mes soins !

Kiselev-retouche-Lalex

C’est l’histoire de La-Oty, une jeune fille de bientôt 16 ans pas tout à fait comme les autres… Et qui, de la base lunaire où elle vit, rêve de la Planète Bleue. Je n’en dis pas plus ici vu qu’il y a plus d’infos sur le site d’Ulule. Car si vous trouverez courant octobre l’epub à télécharger gratuitement sur mon blog et sur quelques plateformes de livres numériques, je propose également un projet d’impression d’une version papier.

laoty_ulule

Je lance donc une campagne de financement participatif (crowdfunding en anglais) afin d’en imprimer 50 exemplaires. Le livre coûte 5€ comme je l’explique sur le site, mais il y a d’autres options que vous pouvez aussi choisir… Je vous laisse découvrir directement sur Ulule  tout cela ;) !

Et merci d’avance de vos soutiens…

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Souvenirs de la #LonCon3

Cet été, j’ai eu la chance d’assister à ma toute première WorldCon (World Science Fiction Convention) à Londres, comme ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux ont pu le voir via le hashtag de l’événement.

loncon1

Il est clair que j’aime la SF, comme j’en témoigne régulièrement sur mon blog à propos du festival nantais Les Utopiales, ou encore comme vous le verrez le 1er septembre avec la campagne de financement participatif sur Ulule pour la publication d’une nouvelle SF pour la jeunesse dont je suis l’auteur.
Donc une WorldCon aussi proche (chaque année, c’est dans une ville différente et la plupart ont lieu aux Etats-Unis), c’était l’occasion rêvée d’y faire un tour !

loncon2

Et puis aller à Londres, c’est aussi l’occasion de faire un peu de tourisme dans une chouette ville. Et d’avoir des super petits-déjeuners !

loncon3

Cette LonCon fût une excellente opportunité pour suivre de multitudes de conférences et tables rondes sur la SF et la fantasy, ainsi que pour rencontrer des auteurs internationaux. En revanche  une convention n’est clairement pas un festival côté scénographie et installation dans l’espace : pas d’expo à proprement parler mais des tableaux, illustrations, bijoux et sculptures présentés un peu en vrac et vendus aux enchères, et un espace « fan » composé de barnums et de tables à tréteaux. Reste que j’ai passé d’excellentes journées sur place, et que tout ce foisonnement aura été très inspirant puisque j’y ai pas mal dessiné !

loncon4

Enfin, j’y ai eu le plaisir de bavarder convivialement avec des auteurs comme Lionel Davoust, Gail Carriger, ou encore Antoine Rouaud (qui est nantais, rigolo de ne jamais l’avoir vu dans notre ville commune auparavant) et d’assister à des ateliers pour la jeunesse comme ma coque de portable en témoigne aujourd’hui avec son look steampunk. Pour finir, je vous épargne la photo de moi sur le Trône de Fer pour ne pas heurter votre sensibilité :P
J’aurais vraiment profité pleinement de ce séjour londonien ! Pour les lieux et dates des prochaines WorldCon, c’est sur leur site – et j’espère que Dublin l’emportera bien pour 2019 !

 

Rendez-vous sur Hellocoton !

Carte postale de Moscou

Ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux le savent : je reviens d’une semaine à Moscou, en Russie. Voici quelques petits souvenirs de la ville que j’ai trouvé plutôt accueillante…

moscou1

Pour commencer, une vue classique : la place Rouge avec Sainte-Basile au fond et le Kremlin à droite. Et ci-dessous, c’est une des églises à l’intérieur du Kremlin (dont les intérieurs sont magnifiques, peints en couleur jusqu’au plafond, mais qu’on ne peut pas prendre en photo cf. mon dessin à ce sujet).

moscou2

Ci-dessous, c’est aussi depuis l’intérieur du Kremlin. On retrouve les briques rouges de la muraille qui font sa célébrité et le nom de la Place Rouge qui le borde. En contrebas de cette photo, c’est la Moskova.

moscou6

Là, vous avez une vue d’une balade en bateau sur la Moskova sur un des sept gratte-ciel staliniens qui existent à Moscou (dont le plus célèbre est l’Université) ; celui-ci est le celui du Ministère des Affaires étrangères. On dit que ces bâtiments sont les « sept soeurs de Moscou », voire qu’ils ont été construit sur sept collines (le même nombre de collines qu’à Rome ou encore à Nîmes).

moscou3

Ensuite, direction le parc VDNKh ou Centre panrusse des expositions, qui étaient autrefois consacré aux réalisations de l’union soviétique. Il comprend de très nombreux pavillons, aujourd’hui souvent utilisés en hall d’exposition. On y croise aussi une fusée et une navette spatiale ! Ci-dessous, la Fontaine de l’Amitié entre les nations avec les différents pays symbolisés par des statues dorées de femmes en costumes folkloriques.

moscou4

La dernière photo a été prise au parc Kouskovo, le « parc des mariés » : en effet, c’est le lieu incontournable pour les mariés pour se faire prendre en photo. Et à l’échelle de Moscou et de ses 10 millions d’habitants, en deux heures de balade j’ai croisé 54 mariées en robe, entourées de leurs familles et amis, avec des paniers de victuailles et des glacières de champagne ! Le bâtiment au fond, le Château, est tout en bois recouvert de plâtre peint en rose, et le parc lui-même fait 300 hectares.

moscou7

Et sinon, il y a aussi quelques photos (pas les mêmes, bien sûr) sur mon compte Instagram ainsi que dans un tableau dédié sur Pinterest. En tout cas, si l’envie vous prend de découvrir une ville incroyable, pleine de contrastes et gigantesque, n’hésitez pas !

Rendez-vous sur Hellocoton !